GRAND PARIS
Seine Ouest

9 route de Vaugirard

92196 Meudon Cedex

Vous êtes ici :
Accueil>Nouveau service Vélib' Métropole : un démarrage difficile

Nouveau service Vélib' Métropole : un démarrage difficile

Malgré les annonces du Syndicat Vélib' Métropole, l'automne dernier, concernant le déploiement du nouveau service Vélib' au 1er janvier 2018, Smovengo, le titulaire du marché, n'a pas été en mesure de tenir ses engagements, notamment sur Grand Paris Seine Ouest (GPSO) puisqu'aucune station n'est en service à ce jour sur le territoire.

Sous la pression des élus, des mesures compensatoires ont été décidées pour remédier aux désagréments causés aux abonnés et aux usagers.

Pour rappel, le service Vélib' a fait l'objet d'un nouvel appel d'offres en 2017. A l'issue de la procédure, le Syndicat Vélib' Métropole a attribué le marché à un nouvel opérateur : Smovengo. Les travaux étant organisés en plusieurs phases, le service Vélib', assuré historiquement par JC. Decaux, a été maintenu jusqu'au 31 décembre 2017, avec le remplacement progressif des stations depuis octobre 2017.

Ce phasage devait permettre une mise en service progressive des nouvelles stations Vélib' par Smovengo dès le 1er janvier et jusqu'au printemps 2018.

Un retard dans le déploiement du dispositif

L’objectif de mise en service des stations à la fin de la phase 1 (soit 600 et 700 stations en service sur le périmètre de fin décembre 2017) est loin d’être atteint.
Au 1er janvier minuit, seules 7 stations étaient raccordées, donc utilisables ; et 64 stations étaient réalisées mais non raccordées.

Les raisons invoquées par la société Smovengo pour expliquer ce retard :

  • le recours juridique de la société JC Decaux,

  • une notification tardive du marché,

  • retard au niveau de l’approvisionnement des matériels,

  • des problèmes techniques dans les chantiers.

L’accélération du rythme des travaux jusqu'au printemps

Pour rattraper ce retard, Smovengo s’est engagé à mettre en œuvre des moyens supplémentaires et accélérer le rythme des travaux d’aménagement dès le mois de janvier et jusqu’au printemps pour un déploiement hebdomadaire de 80 stations supplémentaires ouvertes, afin d’atteindre 450 stations en service fin janvier 2018, puis 1 400 stations fonctionnelles fin mars 2018.

A l’heure actuelle, Smovengo s’engage sur la mise en service sur le territoire de GPSO de 4 stations seulement, d’ici à début février (sur les 60 stations prévues à terme) :

  • 5 à Boulogne-Billancourt : 11 rue du Transvaal , 55 boulevard Jean Jaurès , 
    93 rue de Silly , face au 12 rue du Hameau Fleuri, 118 rue du Point du Jour
  • 3 à Issy-les-Moulineaux : angle avenue Jean Monnet et Boulevard des Iles, 
    place Madaule, place Lafayette
  • 1 à Vanves : Square Jarousse

> Suivre le déploiement des stations

Des mesures compensatoires pour les abonnés

En contrepartie, sous la pression des élus, des mesures compensatoires ont été décidées par le Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole pour remédier aux désagréments causés aux abonnés et aux usagers :

  • 3 heures supplémentaires offertes à tous les abonnés du service, utilisables jusqu’au 31 décembre 2018, permettant de tester le Vélib’ électrique.
  • Une réduction de 50 % pour les nouveaux abonnements et les renouvellements d’abonnement entre le 1er janvier et le 31 mars 2018, correspondant à un geste commercial de 12,45 € pour un abonnement V-Max (Vélib’ électrique et mécanique) et de 4,65 € pour un abonnement V-Plus (Vélib’ mécanique).
  • Le déplafonnement des bonus temps, auparavant fixé à 5h00.

Par ailleurs, le Syndicat Vélib’ Métropole va appliquer des pénalités à l’encontre de Smovengo.

Les nouveautés du service Vélib’ Métropole

Le nouveau service public Vélib’ Métropole a pour vocation d’être accessible au plus grand nombre (habitants, professionnels, touristes) sur un périmètre élargi.

Sur GPSO, deux nouvelles villes bénéficieront du service au printemps : Meudon et Sèvres. Parmi les nouveautés :

  • 30 % de Vélib’ électriques
  • La V’box : ce boitier électronique permet l’ouverture et la fermeture du cadenas pour sécuriser le vélo et se connecte au smartphone de l’utilisateur pour afficher sur l’écran des informations utiles.
  • La fourche cadenas est un système de sécurité permettant le blocage du vélo en station et hors station pour les arrêts minute.
  • La surcapacité des stations permet de limiter les cas où un usager se trouve dans l’impossibilité de rendre son vélo car la station est pleine, et de doubler l’offre de vélos disponibles dans les stations les plus utilisées, avant l’heure de pointe du matin.
  • Le système de régulation de la flotte s’appuie sur des systèmes d’information performants et prédictifs, sur une optimisation logistique et sur des interventions à la fois la nuit et en journée.

 

 Le phénomène du « free-floating » se développe sur le territoire

De nouveaux acteurs internationaux ont profité de la première phase des travaux des nouvelles stations Vélib’, initiée en octobre dernier, pour proposer aux parisiens et franciliens de la petite couronne une offre de vélos en libre-service, géolocalisés et sans contrainte.

Depuis le mois de novembre 2017, cette nouvelle offre connait un succès grandissant : après les vélos verts de l'opérateur franco-hongkongais Gobee.bike, puis les modèles orangés de l'entreprise singapourienne Obike, c'est au tour du chinois Ofo de déployer ses premiers vélos jaunes à Paris. Toutefois, ces vélos mal entretenus se retrouvent vandalisés et les épaves de vélos gênent les cheminements des piétons.

GPSO encourage et valorise la pratique du vélo comme moyen de mobilité écologique et économique sur son territoire :

A ce titre, l’arrivée de vélos en free-floating assure l’accès du plus grand nombre aux vélos. Pour autant, il est nécessaire de respecter les règles de coexistence des modes de transport sur l’espace public, surtout si ce dernier est très occupé comme sur le territoire de GPSO :

  • garer le vélo dans une zone réservée à cet effet de préférence,
  • éviter les trottoirs et les emplacements gênants la circulation des piétons et des autres véhicules,
  • se garer de façon responsable : sans occasionner de gêne, aussi bien pour les autres véhicules que pour les piétons,
  • il est formellement interdit de garer ce véhicule en libre-service sur son lieu d’habitation.

Sensible à cette évolution des comportements, liée à « l’ubérisation » de l’économie, le Bureau de GPSO du 14 décembre dernier a demandé une réflexion sur les modalités d’occupation de l’espace public de ces nouveaux services.

 

Dernière Minute