Agir pour l'environnement en période de confinement

Créé le 17/04/2020 - Mis à jour le 27/05/2020

Sommaire

Haut de page

Afin de freiner la propagation du coronavirus COVID-19, le Gouvernement a mis en place des mesures de confinement général. Cette période, bénéfique pour le climat, est également l’occasion de revoir ses modes de consommation chez soi. Grand Paris Seine Ouest (GPSO) vous propose quelques gestes et astuces à adopter pour protéger l’environnement.

 

Agir pour l’environnement en période de confinement

Le constat est rapidement tombé. La pollution atmosphérique a fortement diminué depuis le début du confinement et la qualité de l’air s’en ressent : de 20% à 30% dans l’agglomération parisienne, selon Airparif. Cette baisse des polluants de l’air s’accompagne d’une diminution de CO2, liée directement à la réduction du trafic routier et aérien. Le constat de Bruiparif est également sans équivoque : la pollution sonore a baissé, au terme de la seconde semaine de confinement, entre 6 et 9 décibels de moins sont constatés le long des axes routiers et ferroviaires.

Cette période bénéfique à l’environnement nous amène donc à repenser nos gestes du quotidien et revoir nos habitudes de consommation. Par le biais de son Plan Climat, Grand Paris Seine Ouest vous accompagne et vous propose des solutions et des aides, pour adopter un mode de vie plus respectueux de l’environnement : logement, mobilité, réduction des déchets, préservation de la faune et de la flore, consommation d’énergie…

Plan climat-air-énergie territorial 2020-2025

 

Plan climat-air-énergie territorial 2020-2025 de Grand Paris Seine Ouest (PCAET GPSO)Le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) 2020-2025 de Grand Paris Seine Ouest a pour objectif de répondre au défi climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et les consommations énergétiques sur le territoire d’ici l’horizon 2030.

La diminution des émissions de gaz à effet de serre et des consommations d’énergie est un des objectifs majeurs du PCAET.

EN SAVOIR PLUS

Plan climat : des actions en place sur le territoire

Le réchauffement climatique, la transition énergétique, ou encore la réduction des émissions de gaz à effet de serre sont l’affaire de chacun de nous. C’est aussi le rôle des communes et de l’intercommunalité de Grand Paris Seine Ouest, acteurs institutionnels qui permettent de mettre en œuvre concrètement les objectifs les plus ambitieux de la COP 21.

Contenir l’augmentation de la température à 1,5°C à l’horizon 2100

C’est d’ailleurs dans ce cadre que les accords de Paris ont fixé un objectif : contenir l’augmentation de la température à 1,5°C à l’horizon 2100. Afin de faire face aux enjeux climatiques et écologiques, Grand Paris Seine Ouest a entamé la mise en œuvre de son Plan Climat pour la période 2019-2025, dont l’objectif principal est de contribuer localement à la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Dès 2011, GPSO a développé une stratégie globale :

  • Transports : encouragement des mobilités douces, développement des mobilités partagées ;
  • Urbanisme : construction d’écoquartiers, végétalisation de la ville ;
  • Rénovation énergétique de l’habitat : isolation des toitures, aide à l’achat d’installation alimentées aux énergies renouvelables (panneaux solaires, poêles à bois) ;
  • Recyclage : distribution gratuite de composteurs, collectes d’appareils électriques ;
  • Innovation : espaces de coworking, application mobile citoyenne SO Net pour signaler des anomalies sur l’espace public (dépôts sauvages, mobilier urbain détérioré)…

Les résultats obtenus sont particulièrement encourageants et démontrent que la stratégie adoptée a été efficace.

Les objectifs à atteindre à l’horizon 2030

 

  • Réduire de 40% l’émission des gaz à effet de serre par rapport à 1990
  • Réduire de 20% les consommations énergétiques par rapport à 2012
  • Augmenter de 32% la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique finale

 

Réduire ses déchets

Afin de respecter les mesures sanitaires prises par le gouvernement, le mardi 16 mars 2020, pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19, les déchèteries ont été fermées et les effectifs voués à la collecte et au traitement des déchets ont été restreints sur le territoire.

15%

de diminution des ordures ménagères

Encore plus dans le contexte sanitaire actuel, les habitants sont invités à réduire au maximum leurs déchets grâce au réemploi, à l’optimisation des denrées dont ils disposent, au recyclage, à la transformation, aux achats strictement nécessaires…

L’effort collectif paie puisque l’on constate que les ordures ménagères ont diminué de 15% au bout de 4 semaines de confinement sur l’ensemble du territoire, et le volume des objets encombrants a également baissé de 30%.

Tous ces efforts sont donc possibles et bons pour l’environnement : diminution des émissions de CO2 lors des collectes, incinérations, production des objets…, moins de gaspillage, moins de bruit. Pour faire perdurer ces bonnes pratiques GPSO vous accompagne et vous invite à adopter des éco-gestes au quotidien.

Réutiliser les déchets de jardin

Les déchets végétaux collectés dans les déchetteries représentent un volume annuel important : plus de 600 tonnes rien que sur la déchetterie de Meudon. Le broyage des déchets verts est une solution simple de valorisation peut être utilisé pour équilibrer votre compost en apportant la matière « sèche » carbonée aux déchets issus de la cuisine. Le broyat peut aussi être utilisé pour le paillage de vos plantations ou des arbres de votre jardin.

Composter

Commander un composteur :
0 800 10 10 21

Vous n’avez pas de composteur ? Commandez-en un auprès de GPSO en appelant le 0 800 10 10 21. Il vous sera livré après la période de confinement.

L’astuce de notre maître composteur

En attendant, vous pouvez commencer à composter au sein de votre jardin sans matériel, en posant en tas vos déchets végétaux.

Comment ? En respectant les règles habituelles du guide : proscrire l’apport de matières animales, équilibrer avec de la matière carbonée et remuer régulièrement pour oxygéner et éviter qu’elle ne pourrisse. Afin de ne pas trop attirer les rongeurs, incorporez davantage les déchets de cuisine au cœur du compost.

En revanche, en-dehors d’un lombricomposteur, le maître composteur vous le déconseille sur un balcon, pour les raisons suivantes :

  • Pas de micro-organisme nécessaire au bon déroulement du processus de compostage
  • Impossibilité de contenir l’écoulement des jus à l’air libre
  • Risque de nuisances du fait du pourrissement si les déchets sont stockés dans un récipient hermétique
Pailler et recycler les déchets de taille et de tonte

Mettre du paillage végétal aux pieds de vos plantes, c’est se mettre en accord avec le cycle naturel de la matière. Ces matériaux durables protègent le sol et se transforment pour lui restituer ses éléments, ainsi ils cumulent de nombreux avantages pour l’environnement et pour le jardin.

Les déchets de tonte séchés, sur une épaisseur de 3 à 10 cm, les feuilles mortes et les résidus des coupes de branches sont à privilégier pour obtenir un bon paillage.

Les atouts du paillage végétal :

  • Stocke l’eau, et la redistribue progressivement, ce qui réduit les besoins en arrosage
  • Augmente la résistance à la sécheresse ou au gel
  • Améliore la structure du sol et l’enrichit
  • Améliore la résistance des plantes aux maladies
  • Limite les travaux de préparation de la terre
  • Diminue la pollution des nappes phréatiques
  • Participe au recyclage des matières issues du jardin

 

Réduire ses déchets ménagers

Sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest, les ménages jettent environ 362 kg de déchets par an. Au-delà du compostage, comment faire pour aller plus loin, réduire ses déchets au quotidien et éviter le gaspillage alimentaire ? Devenir éco-citoyen passe aussi par aider la collectivité à faire des économies au sein de mon foyer ! Réduire et apprendre à réutiliser ses déchets est l’une des meilleures solutions.

4 écogestes à reproduire chez vous

 

1. Optimisez votre façon de faire les courses :

  • Rédigez votre liste de produits à acheter
  • Prenez un sac réutilisable pour l’ensemble de mes courses et des petits sacs à vrac achetés ou fabriqués vous-même
  • Favorisez le vrac lorsque c’est possible
  • Favorisez l’emploi de produits et contenants réutilisables
  • Achetez local et de saison
  • Rangez les produits selon la bonne conservation des aliments et en fonction de leur date de péremption
  • Mangez les denrées lorsque la date précédée de la mention « à consommer de préférence avant » est dépassée

2. Accommodez les restes pour éviter le gaspillage
3. Cuisinez des plats maisons moins sucrés, moins salés et plus économiques
4. Buvez de l’eau du robinet et utilisez une gourde pour vous hydrater pendant vos déplacements

Consommer local

Ce temps de confinement est l’occasion de changer nos habitudes alimentaires : privilégier l’achat groupé plus efficace et utile, plutôt que de sortir pour un seul produit comme le pain.

Il nous permet de réaliser des achats particulièrement en matière de légumes et de fruits de saison, dans des magasins biologiques, des coopératives ou encore auprès d’Amap et de découvrir la vertu de ces lieux : productions biologiques respectueuses de l’environnement.

Ceux qui ont la chance d’avoir un jardin peuvent cultiver tout ou partie de leurs légumes, aider un voisin ou un ami qui dispose d’une parcelle ; il est également très utile de cultiver ses réseaux personnels avec des fermes et des producteurs locaux ainsi que des apiculteurs.

 

Réduire ses consommations d’énergie

Quelques astuces faciles à mettre en œuvre au quotidien, issues des guides de l’ADEME :

  • Baisser le chauffage de 20 °C à 19 °C permet de diminuer les consommations énergétiques de 7% environ
  • C’est le moment de dégivrer son réfrigérateur pour éviter une surconsommation d’environ 30%
  • Couvrir les casseroles pendant la cuisson permet une consommation d’électricité ou de gaz 4 fois moins élevé
  • Utiliser des multiprises à interrupteur et brancher plusieurs appareils sur une multiprise permet d’éteindre simultanément tous vos équipements en veille et de réaliser jusqu’à 10% d’économies sur votre facture d’électricité 
  • Limitez l’utilisation du sèche-linge au strict minimum, et préférez le séchage à l’air libre, de plus en plus efficace avec la remontée des températures extérieures !

GPSO Energie – Agence locale de l’énergie et du climat

 

GPSO Energie - agence locale de l'énergie et du climatPour aller plus loin et entreprendre une rénovation énergétique de votre logement, contactez les conseillers énergie Faire de GPSO Energie, l’agence locale de l’énergie et du climat, pour tout conseil et accompagnement dans votre démarche au numéro vert gratuit de Grand Paris Seine Ouest : 0 800 10 10 21

En savoir plus

 

Modérer l’utilisation d’Internet au quotidien

4%

du gaz à effet de serre mondial produit par le numérique

Le numérique émet aujourd’hui 4% des gaz à effet de serre au niveau mondial, soit davantage que le transport aérien civil. Sa consommation d’énergie accroît de 9% par an, cette part pourrait ainsi doubler d’ici 2025 pour atteindre 8% du total des gaz à effet de serre – soit la part actuelle des émissions de la flotte mondiale de voitures.

Depuis le début du confinement les usages d’internet ont changé. D’après DE-CIX (Deutscher Commercial Internet Exchange), le plus important point d’échange Internet au monde en termes de trafic situé à Francfort, le trafic de données sur le réseau internet s’est considérablement accrue. Certains usages se sont particulièrement développés, à l’image de la visio-conférence, due à un nombre important de personne désormais en télétravail. L’usage des réseaux sociaux ainsi que des jeux en ligne sont également en fort accroissement.

L’analyse des statistiques provenant du point d’échange de Francfort pendant la 1ère semaine de confinement révèle :

  • Un accroissement de 100% de la visio-conférence par rapport à l’avant confinement
  • Une augmentation de 50% du trafic de données CDN (Content Delivery Networks) qui représente un saut de plusieurs milliers de Gigabits par seconde
  • Un doublement du nombre de joueur en ligne sur les plateformes de jeu vidéo
  • Une augmentation de 10% du trafic général des données, en moyenne

Force est de constater que, depuis le début du confinement, les usagers d’internet sont connectés plus souvent et plus longtemps dans la journée. Habituellement, le trafic de données débute vers 6h du matin et rencontre un pic vers 21h, qui s’atténue progressivement en soirée après 23h. Depuis le début de la période de confinement, on observe que le flux de données est en forte hausse et que le traditionnel pic du soir (entre 20h et 22h) s’étend actuellement sur toute la journée, entraînant une importante sollicitation du réseau.

Augmentation de la consommation des données numériques pendant le confinement (coronavirus COVID-19).
Cliquez sur le graphique pour agrandir.

 

Usage responsable d'internet

Un usage responsable d’Internet

Dans le contexte actuel, Internet a pris une place prépondérante dans les communications, augmentant par la même occasion la consommation énergétique des réseaux télécoms. Les antennes mobiles représentent le premier poste de dépenses énergétiques des opérateurs. Aussi, l’utilisation d’Internet via son téléphone portable (4G) plutôt que par ligne fixe accentue la consommation énergétique et, par conséquent, les émissions de gaz à effet de serre.

Même si les opérateurs sont confiants dans la robustesse des infrastructures et annoncent que la capacité maximale n’est pas encore atteinte, il existe un risque pour certains abonnés d’être privés de certains usages ou services qui fonctionneraient moins bien voire plus du tout. Cela s’explique notamment du fait de leur positionnement parfois éloigné des points clés du réseau.

Dans ce contexte, pour éviter une saturation du réseau, la Fédération française des télécoms a appelé les usagers à la « responsabilité numérique », pour permettre aux opérateurs d’absorber plus facilement les pics de consommation qui s’annoncent récurrents et permettre aux usages vitaux de se dérouler normalement. Par ailleurs, Sébastien Soriano, président de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) précise que : « Internet est un bien commun qui nécessite un usage responsable de chacun ».

Internet est un bien commun qui nécessite un usage responsable de chacun.

Sébastien SORIANO

Président de l’ARCEP

La « responsabilité numérique », c’est laisser le réseau aux usages essentiels à la vie de la Nation et notamment permettre à chacun de pouvoir en bénéficier pour le télétravail ou pour garder le contact avec ses proches, d’autant plus en cette période de confinement. D’autres usages comme le streaming et les jeux en ligne doivent être modérés en journée.

Eviter la saturation du réseau

Tel est l’objectif à garder en tête, pour laisser de la place au télétravail et aux activités éducatives, alors que les écoles sont fermées.

50%

du trafic Internet occupé par le streaming

En France, le streaming représente 50% du trafic Internet. Netflix en utilise 23 %, YouTube 17%, Facebook 5% (chiffre ACERP) : nous sommes donc tous invité à modérer notre usage.

Suite à la demande de L’Union Européenne, les fournisseurs de vidéo en streaming comme Netflix ou Youtube ont baissé la définition de leurs vidéos (abandon temporaire de la Haute Définition ou 4K) pour soulager le réseau et réduire le trafic de données.

La première chose à faire chez soi est de privilégier le réseau fixe, c’est-à-dire de connecter ses appareils (ordinateur, tablette, smartphone) au réseau Wifi de son domicile, pour éviter de solliciter les réseaux mobiles plus consommateurs d’énergie.

Optimiser l’utilisation de son réseau

Consommations d'énergie : optimiser le réseau wi-fi1. Améliorer la qualité du Wi-Fi

Placer sa box dans une pièce centrale du logement aussi dégagé que possible, et idéalement, en hauteur, pour limiter les obstacles que le Wi-Fi rencontre pour se connecter à vos appareils. En effet, les murs atténuent le signal radio et diminuent sensiblement le débit internet reçu par les équipements situés dans les pièces les plus éloignées.

Éloigner la box d’autres équipements sans fil pour bénéficier de ses capacités maximales. Il est également souhaitable de laisser un espace d’environ 2 mètres entre la box et d’autres équipements radio comme la base d’un téléphone sans fil, un babyphone, un micro-onde, etc. Les interférences entre les différentes ondes radio seront ainsi limitées et le signal Wi-Fi optimisé.

Privilégier les fréquences Wi-Fi 5 GHz dans le cas où la box est en capacité d’émettre dans les fréquences 2,4 GHz et 5 GHz (c’est le cas des box dernière génération), il est conseillé de la paramétrer sur des fréquences 5 GHz. En effet, la bande 2,4 GHz est utilisée par de nombreux périphériques (Bluetooth, radioamateur, micro-onde, talkie-walkie, …), ce qui multiplie les risques de recouvrement et de brouillage des signaux.

Attention : certaines box, parmi les plus récentes, disposent de la fonctionnalité « Band steering » (ou « Wi-Fi intelligent »). Avec ce type de box, il ne faut pas séparer les Wi-Fi : la box s’en charge automatiquement. N’hésitez pas à consulter les pages web d’assistance de votre opérateur.

2. Séquencer les usages

Les plateformes de streaming vidéo monopolisent plus de bande passante que la plupart des VPN (réseau privé virtuel) et peuvent utiliser des mécanismes pour rechercher une optimisation de la bande passante. Résultat, si la bande passante est insuffisante, c’est le plus souvent le VPN qui voit son débit réduit s’il doit le partager avec une plateforme de vidéo. Ainsi, si vous êtes en visio-conférence pour votre travail, évitez de mettre vos enfants devant une vidéo en streaming !

Quelques astuces pour modérer l’usage du streaming :

  • Désactiver la lecture automatique des vidéos
  • Diminuer la résolution de la vidéo
  • Privilégier les contenus enregistrés en local sur l’ordinateur (films, musiques…)
  • Pour télétravailler, privilégier les appels audios aux appels vidéo : la vidéo peut par exemple être utilisée au début de chaque réunion pour saluer chaque participant, avant de basculer en mode audio uniquement.
3. Dédier un Wi-Fi à son poste de travail

La plupart des box disposent de deux Wi-Fi indépendants : vous pouvez la paramétrer en 2,4 GHz ou en 5 GHz. Vous avez ainsi la possibilité de dédier un Wi-Fi à la vidéo et un autre au VPN (réseau privé virtuel) de votre employeur.

Comment ? Dans les paramètres de votre box, donnez un nom différent au Wi-Fi 2,4 GHz et au Wi-Fi 5 GHz, puis demandez aux périphériques dédiés aux usages vidéo de se connecter au premier, et à votre ordinateur de travail de se connecter au second. Les périphériques les plus anciens ne peuvent se connecter qu’au Wi-Fi 2, 4 GHz.

Attention : certaines box, parmi les plus récentes, disposent de la fonctionnalité « Band steering » (ou « Wi-Fi intelligent »). Avec ce type de box, il ne faut pas séparer les Wi-Fi : la box s’en charge automatiquement. N’hésitez pas à consulter les pages web d’assistance de votre opérateur.

4. Utiliser un câble Ethernet

Si votre employeur prévoit l’usage d’un VPN (un réseau privé virtuel) pour l’accès à vos mails et à votre espace de travail, la combinaison de celui-ci avec votre Wi-Fi peut engendrer un débit ralenti, en particulier quand il s’agit de faire une visio-conférence, très consommatrice de bande passante. Il suffit alors de connecter son ordinateur directement à la box avec un câble Ethernet.

5. Penser à la 4G

Si vous n’avez pas accès à l’internet fixe, une solution alternative consiste à utiliser la 4G sur son smartphone, avec la fonction « partage de connexion ». Tous les smartphones compatibles 4G permettent de partager leur connexion à internet avec un ordinateur en créant un réseau Wi-Fi (vous pouvez paramétrer un mot de passe pour vous assurer d’en être le seul utilisateur). Vous pourrez ensuite connecter votre ordinateur à ce réseau Wi-Fi.

Attention, si votre forfait mobile est limité en données vous aurez peut-être à payer des dépassements d’utilisation de votre forfait. Le VPN quant à lui est moins gourmand en données.

6. Pour téléphoner, passer par la box (VoWifi : voice over Wi-Fi)

Les opérateurs ont désormais l’obligation de proposer les options « voix ou SMS sur Wi-Fi ». Un paramétrage de votre smartphone permet de recevoir et passer vos appels et SMS à l’intérieur, en se connectant par défaut au réseau Wi-Fi de votre box lorsque vous êtes chez vous.

Assurez-vous au préalable que votre mobile dispose de cette option pour l’activer, et vérifier auprès de votre opérateur que cette option est comprise dans votre forfait.Les opérateurs proposent les solutions de couverture mobile suivantes :

Réduire sa consommation d’énergie liée à l’usage de l’informatique - mains tapant sur le clavier d'un ordinateur portable

Réduire sa consommation d’énergie liée à l’usage de l’informatique

1. Alléger les échanges sur messagerie

L’envoi d’un mail et son stockage sur les serveurs pendant une année émet une dizaine de grammes de CO2, soit l’équivalent d’une centaine de mètres parcourus en voiture diesel. Et vous, combien de mails stockez-vous sur votre boite mail ?

  • Pour les échanges ponctuels en interne, privilégier la messagerie instantanée de l’entreprise plutôt que l’envoi de mail. La suppression automatique de ces échanges après une période donnée est, de plus, facilement paramétrable.
  • Bien cibler ses destinataires : multiplier par 10 le nombre de destinataires d’un mail, c’est multiplier par 4 son impact environnemental !
  • Compresser les pièces jointes ou les envoyer via des sites de dépôt temporaire
  • Eviter la présence d’image ou logo (lourds en données) dans la signature de mail, pour les contacts bien établis
2. Faire régulièrement le ménage sur sa boite mail

Penser à supprimer les spams dès leur arrivée et à vider la corbeille.

3. Bien utiliser son navigateur web
  • Mettre les adresses web fréquemment utilisées en favori. Les émissions de gaz à effet de serre sont divisées par 4 en allant directement à l’adresse du site !
  • Fermer les onglets inutilisés, dont l’actualisation automatique consomme des données, et supprimer régulièrement les cookies.
  • Pour vous rendre compte de vos consommations d’énergie sur le réseau internet, vous pouvez utiliser sur le navigateur Firefox l’extension « Carbonalyser » du Shift Project qui vous permettra de visualiser les consommations d’énergie liées à votre utilisation du réseau.
Télécharger4. Télécharger les documents sur votre disque dur local et privilégier le stockage en local pour faire le ménage sur le cloud

Le stockage de documents sur le réseau (cloud) est réalisé sur des serveurs fortement consommateurs d’énergie. Le stockage sur clé USB ou disque dur externe est préférable, en ne conservant par exemple que le strict nécessaire sur le Cloud. Rapatriez vos données sur votre disque dur local peut également limiter le recours au réseau. Privilégiez le téléchargement la nuit après 23h quand le réseau est plus disponible.

5. Privilégier le téléchargement des mises à jour de logiciels et d’applications la nuit

Après 23h, les usages courants laissent place à d’autres usages spécifiques comme les mises à jour.

Si, malgré ces conseils et ces suggestions, votre connexion rencontre toujours des problèmes, vous pouvez signaler votre difficulté à votre opérateur et sur le site de l’ACERP.

A lire également

  • 05 juin 2020
    Plan climat-air-énergie territorial 2020-2025

    Le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) 2020-2025 de Grand Paris Seine Ouest a pour objectif de répondre au défi climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et les consommations énergétiques sur le territoire d’ici l’horizon 2030.

    Lire la suite
  • 27 mai 2020
    Qualité de l’air

    Grand Paris Seine Ouest assure une veille quotidienne sur l’état de la qualité de l’air donné par AIRPARIF, l’association chargée par l’État et les pouvoirs publics de la mise en œuvre des moyens de surveillance en Ile-de-France.

    Lire la suite
  • 30 juin 2020
    Rénovation énergétique

    L’Agence Locale de l’Énergie et du Climat (ALEC) est née de la volonté de Grand Paris Seine Ouest de s’engager dans une démarche de maîtrise de l’énergie, un projet d’envergure soutenu par l’Union européenne.

    Lire la suite
Aenean ultricies elit. Praesent commodo velit, ante. Nullam porta.