Paris 92 à l'heure du confinement

Club de handball féminin de haut niveau soutenu par GPSO.

Créé le 01/12/2020 - Mis à jour le 02/12/2020

Sommaire

Haut de page

Parmi les clubs sportifs de haut niveau soutenus par Grand Paris Seine Ouest (GPSO), Paris 92, équipe de handball féminin, a pu continuer de s’entraîner et jouer en championnat malgré le confinement. Rencontre avec le coach et les joueuses.

 

Handball féminin : Paris 92 à l’heure du reconfinement

Yacine Messaoudi, coach sportif de PARIS 92 (handball féminin)Yacine Messaoudi, coach sportif du Paris 92

« Nous mettons tout en œuvre pour rester le plus proche possible du public, malgré les conditions sanitaires »

Quel a été votre parcours avant d’arriver au Paris 92 ?

J’ai grandi à Ivry-sur-Seine, où j’ai joué et entrainé pendant plusieurs années, avant de devenir responsable du centre de formation de Metz Handball, pendant 9 ans, et je suis arrivé au Paris 92 il y a un an et demi.

Comment se passe cette nouvelle période de confinement pour le club ?

Contrairement au premier confinement, cette fois-ci le championnat continue, nous nous entrainons au rythme habituel. Jouer les matches à huis clos procure un sentiment partagé : nous sommes heureux d’être privilégiés et de pouvoir continuer notre passion, mais peinés de ne pas pouvoir partager les émotions du handball avec nos supporters.

Depuis la préparation estivale, nous savions que cette saison serait particulière en raison de la situation sanitaire et qu’il allait falloir être flexibles : ce sont les équipes qui s’adaptent le mieux qui réaliseront les meilleures performances, et c’est bien notre objectif.

Quel est le protocole sanitaire que vous devez appliquer ?

En ce moment, nous avons un match tous les 3 jours. Entre le championnat et la Coupe d’Europe, nous nous faisons tester 2 fois par semaine. L’élément le plus complexe à mettre en place, mais que l’on accepte, c’est la distanciation physique, en dehors des temps de jeu : ne pas se prendre dans les bras pour célébrer un but, ne pas se taper dans les mains pour s’encourager. Cela met forcément un frein à la complicité du groupe, mais nous savons qu’il est essentiel de le respecter. Nous portons les masques dès que nous sortons du terrain, nous appliquons constamment du gel hydroalcoolique sur nos mains et prenons régulièrement notre température. C’est un protocole assez lourd, mais nous nous y sommes habitués.

Comment l’équipe vit-elle cette période ?

Nous avons un groupe incroyable, les filles ont conscience qu’elles sont privilégiées, elles partagent des valeurs de solidarité qui les rapprochent. A chaque match, nous nous sentons vivants, et nous ressentons un devoir d’exemplarité par rapport aux personnes qui sont en difficulté et ne peuvent pas poursuivre leur activité. Cela se ressent dans nos performances, et c’est tant mieux.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Je suis un grand optimiste de nature, il faut tirer les leçons de toute expérience, pour en sortir grandis. Il est difficile de se projeter, étant donnée la situation sanitaire, mais nous sommes ravis de jouer tant que nous le pouvons. Malgré tout, nous avons hâte de rejouer devant notre public. Ce lien nous manque. C’est pour cela que nous mettons tout en œuvre pour rester le plus proche possible de nos supporters, notamment en retransmettant en direct les matches sur notre chaine YouTube : les retours sont très positifs et nous en sommes ravis.

Le point qui m’inquiète, en revanche, est le facteur économique : le handball est un sport qui a besoin d’être soutenu par des partenaires forts, en particulier le handball féminin. Cependant, la crise économique que nous traversons nous inquiète pour l’avenir de nos partenariats et pour les conséquences que cela pourrait avoir sur la compétitivité dans les années à venir. Je suis passionné par ce sport, et je suis convaincu que le sport féminin mérite autant d’être mis sur le devant de la scène que le sport masculin. J’espère que la situation économique qui se profile ne mettra pas à mal cette exposition médiatique.

 

Veronika Mala, joueuse PARIS 92 - handball féminin
© Crédits photo : Eurocom

Veronika Malá, joueuse du Paris 92

« J’espère retrouver rapidement notre public dans les tribunes »

Quel a été votre parcours avant d’arriver au Paris 92 ?

Je suis originaire de République tchèque, où j’ai commencé ma carrière. J’ai rejoint le Paris 92 en 2017, au poste d’ailière gauche.

Comment vivez-vous cette nouvelle période de confinement ?

Je suis vraiment contente de pouvoir continuer à jouer, même sans supporters. C’est très important pour garder le lien avec mes co-équipières. Nous avions l’habitude de partager des moments ensemble après les entrainements et les matches, mais désormais nous sommes contraintes de nous séparer et de rentrer chacune chez soi. Nous savons que c’est la seule manière de préserver la santé de tous, alors nous nous adaptons. Nous avons aussi appris à garder nos distances avec les équipes adverses : nous ne pouvons plus leur taper dans les mains à la fin du match pour se féliciter alors que ce sont des gestes que nous faisons naturellement depuis des années.

J’espère pouvoir retrouver rapidement notre public dans les tribunes : c’est aussi pour lui que l’on joue, pour l’énergie qu’il nous donne. En attendant, le club a eu la très bonne idée de retransmettre en direct les matches sur notre chaine YouTube : tout le monde peut nous suivre à distance, et vibrer avec nous !

Je tiens aussi à remercier nos partenaires qui continuent à nous soutenir pendant cette période : merci à eux !

A lire également

  • 27 novembre 2020
    Football féminin : pendant le confinement, GPSO 92 Issy continue de jouer

    Grand Paris Seine Ouest, dans sa démarche de promotion du dynamisme sportif du territoire, soutient GPSO 92 Issy, club de football féminin de haut niveau. Les Chouettes – le surnom des joueuses – peuvent continuer à s’entraîner et disputer des matches pendant le confinement puisqu’elles évoluent en championnat de haut niveau. Rencontre avec Alexandre Barbier, directeur sportif, et Laurie Teinturier, joueuse.

    Lire la suite
  • 02 décembre 2020
    Confinement : Vanves GPSO Basket garde le rythme

    Vanves GPSO Basket, club de basket-ball masculin de haut niveau soutenu par Grand Paris Seine Ouest, a pu continuer de s’entraîner pendant le confinement, bien que le championnat en Nationale 1 ait été interrompu jusqu’au 1er décembre. Rencontre avec l’équipe.

    Lire la suite
  • 20 novembre 2020
    Confinement : les joueurs et le staff du Meudon Hockey club nous racontent leur quotidien

    Pour promouvoir le dynamisme sportif du territoire, Grand Paris Seine Ouest soutient 4 clubs de sport de haut niveau : ainsi, l’intercommunalité est partenaire des Comètes de Meudon, club de hockey sur glace, à partir de la saison 2020-2021. Le coach et les joueurs nous racontent leur quotidien pendant le confinement de novembre 2020.

    Lire la suite
tempus ut mi, ut libero Nullam sit Praesent quis, ultricies ante.