GRAND PARIS
Seine Ouest

9 route de Vaugirard

92196 Meudon Cedex

Vous êtes ici :
Accueil>La collecte des déchets alimentaires s'étend sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest

La collecte des déchets alimentaires s'étend sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest

En association avec le SYCTOM et la ville de Boulogne-Billancourt, Grand Paris Seine Ouest lance la collecte des déchets alimentaires sur le marché Escudier.

Une expérimentation forte de son succès

Cette expérimentation est mise en place depuis le mois de novembre 2018, à l'échelle de deux villes (Marnes-la-Coquette et Ville-d'Avray), dans 14 écoles réparties sur le territoire ainsi que sur 2 marchés (le marché Corentin Celton à Issy-les- Moulineaux et le marché Saint Romain à Sèvres). Désormais, les restes alimentaires sont également collectés sur le marché Escudier, à Boulogne-Billancourt.

À travers cette opération, qui s’inscrit dans les objectifs de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015, GPSO poursuit sa politique en faveur de l’environnement, dont la gestion des déchets est une composante essentielle, et favorise la création d’un dispositif pertinent pour la valorisation des biodéchets à l’horizon 2022.

La production de biogaz des 14 tonnes de déchets alimentaires collectés depuis mars sur les 2 marchés alimentaires permet de faire 33 allers-retours Paris/Marseille avec une voiture fonctionnant au gaz ou de chauffer une maison pendant 540 jours. Le digestat produit permet d’amender un terrain de foot et demi.

Que deviennent les déchets alimentaires ?

Les déchets issus de la restauration sont collectés séparément des autres déchets pour être valorisés. Ils sont conduits dans plusieurs usines de méthanisation à travers la France et au sein d’un centre de compostage à Vert-le-Grand. Ils sont alors transformés en biogaz et en compost.

Le biogaz est une énergie renouvelable : il permet de produire de l’électricité, de la chaleur ou du biocarburant. L’amendement organique est utilisé par les agriculteurs, ce qui limite ainsi le recours aux engrais chimiques.

 

Dernière Minute