Street art : la distanciation physique prend vie sous le pinceau de Kobraphobie

Créé le 23/06/2020 - Mis à jour le 26/06/2020

  • Accueil
  • Actualités
  • Street art : la distanciation physique prend vie sous le pinceau de Kobraphobie

Sommaire

Haut de page

Devant l’entrée du Monoprix, en face de la mairie d’Issy-les-Moulineaux, deux artistes s’activent depuis 9h du matin ce mardi 23 juin 2020. Toute la journée, ils manient des bombes de peinture et des pochoirs pour dessiner une grande fresque en trompe-l’œil. L’objectif : matérialiser la distance physique d’un mètre entre deux personnes dans la file d’attente du magasin pour faire barrière au COVID-19.

 

Street art : à Issy-les-Moulineaux, la distanciation physique prend vie sous le pinceau de Kobraphobie

Toute la journée du mardi 23 juin, les deux street artists du collectif isséen Kobraphobie peignent une fresque de plusieurs mètres de long devant l’entrée de Monoprix, en face de la mairie d’Issy-les-Moulineaux. Au-dessus d’une rivière et de berges verdoyantes, des planches de bois à un mètre les unes des autres frayent un chemin pour les clients du magasin.

Mené conjointement par Grand Paris Seine Ouest (GPSO) et la ville d’Issy-les-Moulineaux, ce projet a pour but de matérialiser la distanciation physique nécessaire entre les clients dans la file d’attente du Monoprix pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19.

Diaporama photos : street art à Issy-les-Moulineaux

Cliquez sur les flèches en bas à gauche de l’image pour faire défiler les photos.

 

Reportage vidéo : le street art pour réinventer la distanciation physique

« On peut faire en sorte que certaines contraintes soient plus agréables en les rendant ludiques et attractives »

Issy TV, la web TV de la ville d’Issy-les-Moulineaux, a réalisé un reportage vidéo tout au long de la journée sur la fresque en trompe-l’œil de Kobraphobie.

Retrouvez dans la vidéo ci-dessous la réalisation en accéléré de l’œuvre des street artists, ainsi qu’une interview de Sir Kob, alias Vincent Elleaume, le fondateur de Kobraphobie !

Une première fresque réalisée à Marnes-la-Coquette

 

Street art devant l'école Maurice Chevalier à Marnes-la-CoquetteKobraphobie n’en est pas à son coup d’essai sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest : le 21 mai, soit dix jours après la date de début du déconfinement progressif, une première fresque en trompe-l’œil avait déjà été réalisée devant l’école Maurice Chevalier de Marnes-la-Coquette. Inspirée du Monde de Nemo, elle emmenait les enfants au-dessus d’un univers marin peuplé de poissons exotiques, de tortues et de méduses, via des planches éloignées les unes des autres pour concrétiser la distanciation physique.

En savoir plus

Kobraphobie, collectif de street artists isséensFocus sur Sir Kob, fondateur de Kobraphobie

Sir Kob, de son vrai nom Vincent Elleaume, est un artiste autodidacte. D’abord connu sous le pseudonyme de Kobräp, il débute sa carrière artistique en 1995 dans le hip-hop et le tag. Puis il se passionne pour le beatmaking (compositions instrumentales pour le hip-hop).

En parallèle, il améliore ses techniques graphiques et réalise des fresques et des toiles. En 2005, Sir Kob crée un collectif artistique nommé Kobraphobie, qui devient une association en 2008. Aujourd’hui, nous le retrouvons dans des événements artistiques tels que des réalisations de fresques, des stages et des expositions.

En savoir plus :

 

A lire également

  • 23 juin 2020
    Marnes-la-Coquette : le street art s’invite à l’école

    Lundi 25 mai, 8h. Les premiers parents accompagnent leurs enfants à l’école Maurice Chevalier de Marnes-la-Coquette. Une jolie surprise les attend sur le seuil de la grille : un cheminement en trompe-l’œil.

    Lire la suite
  • 28 mai 2020
    Grand Paris Seine Ouest aide à garder les distances

    Dans le cadre du plan de déconfinement progressif mis en oeuvre par le Gouvernement depuis le lundi 11 mai, Grand Paris Seine Ouest (GPSO) installe une signalétique dédiée pour inviter les riverains à respecter au quotidien la distanciation sociale sur l’espace public.

    Lire la suite
  • 06 juillet 2020
    Le Masque Français s’implante à Meudon

    Le 4 mai 2020, une machine à fabriquer des masques chirurgicaux jetables prend ses quartiers à Meudon. Depuis, elle travaille sans relâche pour produire jusqu’à 100.000 masques par jour. Autour d’elle, une vingtaine de salariés se relaie jour et nuit. Elle est au cœur de la nouvelle usine où sont conçus une partie des masques commandés par le territoire de Grand Paris Seine Ouest.

     
    Lire la suite
sed tempus risus Donec id tristique commodo at sit