Qualité de l'air

La surveillance permanente de l'air : informer les citoyens en temps réel.

Créé le 13/03/2020 - Mis à jour le 01/06/2021

Sommaire

Haut de page

Grand Paris Seine Ouest (GPSO) assure une veille quotidienne sur l’état de la qualité de l’air donné par Airparif, l’association chargée par l’État et les pouvoirs publics de la mise en œuvre des moyens de surveillance en Ile-de-France.

Qualité de l’air

Airparif - surveillance de la qualité de l'airLes épisodes de pollution

Surveillance de la qualité de l’air par Airparif

L’association Airparif surveille quotidiennement la qualité de l’air, prévoit les épisodes de pollution et et en informe les autorités et les citoyens. Airparif évalue également l’impact des mesures de réduction des émissions.

En moyenne, l’association enregistre une quinzaine de dépassements du niveau d’information par an (le nombre d’épisodes de pollution observés annuellement dépendant fortement des conditions météorologiques).

Dès que les prévisions d’Airparif laissent présager un risque de pollution pour le lendemain, GPSO lance une procédure d’information auprès des villes, qui se chargent de relayer le message auprès du grand public via les panneaux lumineux, les sites internet, les standards de mairies, mais aussi auprès des personnes dites sensibles (enfants, personnes âgées…).

Signalement en ligne, Grand Paris Seine OuestStationnement résidentiel gratuit pendant un épisode de pollution

Pour inciter les automobilistes à ne pas utiliser leur véhicule, le stationnement résidentiel de surface (hors zone rouge) est gratuit dans les villes de Grand Paris Seine Ouest dès la prévision d’un épisode de pollution. Pour en être informés, inscrivez-vous à nos alertes SMS et/ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Santé : que faire en cas de pic de pollution ?

La pollution atmosphérique peut être à l’origine de nombreux symptômes tels que : gêne respiratoire, toux, maux de gorge, maux de tête, nausées, irritation des yeux… Elle peut déclencher des crises d’asthme ou diminuer la capacité respiratoire, chez les asthmatiques, l’enfant ou les personnes âgées ou sensibles. Les polluants sont également susceptibles d’augmenter la réponse bronchique aux allergènes, notamment aux pollens.

Information pollution niveau 1
(indice de pollution moyen)

Quels sont les effets sur la santé ?

Les polluants sont des gaz ou des particules irritants et agressifs qui pénètrent dans l’appareil respiratoire et qui peuvent provoquer :

– une augmentation des affections respiratoires : bronchiolites, rhino-pharyngites, excès de toux ou crises d’asthme…,
– une augmentation des irritations oculaires,
– des gênes ou problèmes cardio-vasculaires,
– une sensibilité accrue aux infections et aux allergènes

Comment limiter les impacts de la pollution sur votre santé ?

– privilégiez les activités calmes et en intérieur,
– évitez de vous exposer à des produits irritants (tabac, produits d’entretien, etc.),
– soyez vigilants vis-à-vis de l’apparition de symptômes évocateurs (toux, gênes respiratoires, irritation oculaire),
– n’hésitez pas à demander un avis médical.

Si vous souffrez d’une pathologie chronique :
– respectez rigoureusement votre traitement de fond,
– n’hésitez pas à consulter un médecin si vous constatez une éventuelle aggravation de votre état.

Comment limiter l’émission et les effets des polluants ?

– Différez vos déplacements,
– Empruntez les transports en commun,
– Pratiquez le covoiturage,
– Réduisez votre vitesse de 20km/h,
– Aérez votre logement,
– Limitez le chauffage d’appoint au bois (cheminées d’appoint),
– Ne brûlez pas vos déchets verts : pour rappel, cette pratique est interdite sur le territoire de GPSO. En revanche, vous pouvez retirer gratuitement un composteur.

Alerte pollution niveau 2
(indice de pollution élevé)

Quand le niveau d’alerte est-il déclenché ?

Les mesures mises en œuvre lors d’un épisode de niveau 2 (niveau d’alerte) sont des mesures d’urgence et contraignantes. En effet, la concentration élevée de polluants irritants et agressifs peut provoquer :

– une augmentation des affections respiratoires : bronchiolites, rhino-pharyngites, excès de toux ou crises d’asthme…,
– une augmentation des irritations oculaires,
– une sensibilité accrue aux infections et aux allergènes,
– une augmentation notable des accidents cardio-vasculaires.

Quelles sont les restrictions et recommandations ?

RESTRICTIONS :

– Obligation de réduire sa vitesse de 20km/h (les contrôles sont renforcés).
– Interdiction d’utiliser des feux de cheminées en foyers ouverts s’ils sont utilisés en agrément ou en chauffage d’appoint.
– Dans certains cas la circulation alternée peut être mise en œuvre.

RECOMMANDATIONS :

À partir du seuil d’alerte, évitez :
– les activités physiques intenses pour les personnes sensibles,
– une exposition supplémentaire à des produits irritants (tabac, produits d’entretien, etc.).

Les parents et toutes les personnes s’occupant d’enfants doivent :
– être vigilants vis-à-vis de l’apparition de symptômes évocateurs (toux, gênes respiratoires, irritation oculaire),
– ne pas hésiter à demander un avis médical.

Si vous souffrez d’une pathologie chronique (troubles respiratoires ou cardiaques) :
– respectez rigoureusement votre traitement de fond,
– n’hésitez pas à consulter un médecin si vous constatez une éventuelle aggravation de votre état.

Il vous est par ailleurs recommandé de :
– différer vos déplacements,
– emprunter les transports en commun,
– continuer à aérer votre logement

 

Préserver la qualité de l’air

Chacun peut effectuer des petits gestes quotidiens pour réduire la pollution de l’air et s’en préserver.

À l’extérieur :

  • Faites vos petits trajets de moins de 2 km à pied, à vélo ou en transports en commun.
  • Privilégiez les transports en commun ou le covoiturage pour aller d’une ville à une autre.
  • À l’arrêt prolongé, coupez le moteur de votre véhicule. Adoptez une conduite souple tout en respectant les limitations de vitesse.
  • Limitez l’usage de la climatisation dans votre véhicule : elle est très gourmande en carburant.
  • Faites régulièrement entretenir votre véhicule et passez un contrôle anti-pollution une fois par an.
  • Gonflez correctement vos pneus : un véhicule consomme davantage lorsque ses pneus sont mal gonflés.
  • Faites le plein aux heures fraîches de la journée pour limiter les vapeurs d’essence.

Chez vous :

  • Chauffez raisonnablement votre domicile en hiver : 19°C est la température idéale pour la santé. Si le froid se fait ressentir, mettez un pull. N’oubliez pas de baisser le chauffage en votre absence. veillez à l’entretien de votre chaudière.
  • Isolez votre logement : nos conseillers de l’Opération Habitat Qualité et de l’Agence locale de l’énergie et du climat vous accompagnent gratuitement dans vos démarches de rénovation de votre logement.
  • Aérez régulièrement votre lieu de vie, chauffage coupé, pour renouveler l’air.
  • Laissez les grilles d’aération ouvertes : une bonne ventilation favorise la dispersion des polluants et atténue l’humidité.
  • Quand vous bricolez, limitez l’utilisation de solvants (colle, essence, vernis, peinture…), surtout en pleine chaleur.
  • Privilégiez les vaporisateurs aux bombes aérosols.
  • Évitez au maximum l’utilisation de pesticides dans votre jardin. Comme Grand Paris Seine Ouest, passez au 0% pesticide !
  • Triez vos déchets pour favoriser leur recyclage : un kilo de déchets recyclés, c’est un kilo en moins à incinérer.

 

Plan climat-air-énergie territorial 2020-2025 de Grand Paris Seine Ouest (PCAET GPSO)Plan Climat 2020-2025

Le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) 2020-2025 de Grand Paris Seine Ouest (GPSO) a pour objectif de répondre au défi climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et les consommations énergétiques sur le territoire d’ici l’horizon 2030.

Diagnostic qualité de l’air dans le PCAET 2019-2025

Sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest, les données d’Airparif montrent que la principale source d’émission de polluants du territoire est le transport routier avec 65% des émissions d’oxydes d’azote (NOx), et la majorité des émissions de particules : 47 % des émissions des PM10 et 49% des émissions de PM2,5. Ces polluants sont issus de la combustion des carburants fossiles. Le transport est également responsable de 18% des émissions liées aux composés organiques volatils non méthaniques (COVNM).

Les bâtiments résidentiels et tertiaires sont également des émetteurs importants de polluants : oxydes d’azote (25%), particules fines (28% des PM10 et 35% des PM2,5), composés organiques volatils non méthaniques (40%), dioxyde de soufre (69%). Ces émissions sont notamment liées aux combustions d’énergies fossiles pour le chauffage ainsi qu’au chauffage individuel au bois pour lequel les équipements anciens sont peu performants.

Les chantiers de bâtiments et travaux publics entraînent également des émissions de particules (PM10 et PM2.5). Ils représentent 34% du total des particules PM émises. Ces émissions des polluants sont dues à l’utilisation d’engins de chantiers mais surtout à l’envol de poussières liées à des phénomènes mécaniques d’abrasion sur les chantiers.

Dans ce contexte, Grand Paris Seine Ouest est mobilisé depuis sa création pour répondre à ces problématiques. Le plan climat énergie territorial (PCET) 2010-2019 et désormais le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) 2019-2025 ont permis d’identifier et de mettre en œuvre un panel d’actions pour améliorer la qualité de l’air :

  • Pour limiter les pollutions du transport routier : réduire la consommation d’énergie fossile du secteur en développant le recours aux transports en commun, en limitant le recours à la voiture thermique individuelle en promouvant les mobilités douces.
  • Pour limiter les pollutions du bâti : réduire les consommations d’énergies fossiles pour le chauffage et la production d’eau chaude.

Actions sur la mobilité dans le cadre du PCAET 2019-2025

La mobilité et le secteur du transport, et plus particulièrement le recours à la voiture individuelle pour les déplacements, génèrent une forte part des émissions de polluants, et de gaz à effet de serre sur notre territoire. La prise en compte de ces enjeux a conduit Grand Paris Seine Ouest à mettre en place, depuis sa création, un large panel d’actions pour agir à la fois sur la pollution des véhicules et sur le développement d’alternatives au déplacement automobile avec :

  • le renfort des lignes structurantes de transport en commun,
  • le développement de mobilités plus vertueuses en matière d’environnement.

La collectivité accentuera ses actions pour encourager le recours à des mobilités actives, propres et partagées, en proposant des infrastructures, services et mesures incitatifs, ainsi qu’un maillage efficace pour les usagers. Transports en commun, vélo, véhicules décarbonés, autopartage et covoiturage : plusieurs solutions existent pour limiter l’impact environnemental des transports en ville. La mobilité durable, c’est un ensemble de solutions alternatives à proposer dans lequel chacun trouvera le mode de déplacement adapté à son usage.

Le travail en étroite collaboration avec l’État et Ile-de-France Mobilités sera poursuivi afin de promouvoir sur notre territoire le développement des transports en commun pour un maillage plus efficace. Les actions en faveur du vélo seront renforcées et de nouveaux aménagements réalisés, dans la dynamique du Plan vélo intercommunal lancé par Grand Paris Seine Ouest en 2019.

Territoire dynamique, Grand Paris Seine Ouest accueille également de nombreux transporteurs professionnels. Ainsi, le Plan Climat aura également pour objectif d’améliorer la logistique urbaine en ville, en optimisant et diversifiant les modes de livraison. De plus, lors des aménagements de voirie, une réflexion est systématiquement menée sur le partage de la voirie pour les différents types d’usagers (zone de rencontre, zone 30, piste cyclable, accessibilité, etc.) pour favoriser l’apaisement des circulations.

 

Zones à faibles émissions

Qu’est-ce qu’une zone à faible émission (ZFE) ?

Déjà adopté par 230 villes européennes, une zone à faible émission (ZFE) est destinée à protéger les populations dans les zones denses les plus polluées. Ce dispositif est reconnu comme particulièrement efficace pour réduire les émissions provenant du trafic routier, l’une des principales sources de pollution en ville.

Le 8 octobre 2018, l’État ainsi que 15 métropoles, dont la Métropole du Grand Paris, ont signé un engagement pour développer d’ici fin 2020 des zones à faibles émissions. Son principe : encourager la circulation des véhicules les plus propres.

Comment fonctionne une zone à faible émission ?

Pour y circuler, la vignette Crit’Air doit être apposée au parebrise. Elle permet de distinguer les véhicules en fonction de leur niveau d’émissions de polluants atmosphériques. Les plus polluants et les « non classés » ne pourront pas circuler dans cette zone sur certaines plages horaires.

Vignettes Crit'air

La mise en place de la ZFE se traduira par une réduction des nuisances sonores, une amélioration de la qualité de vie et une plus grande attractivité du territoire, des bénéfices qui s’étendront bien au-delà de l’A86.

Depuis le 1er juin 2021, la circulation des véhicules Crit’Air 4, 5 et non classés est interdite à l’intérieur du périmètre de l’autoroute A86, y compris sur le boulevard périphérique et dans les bois de Vincennes et de Boulogne, du lundi au vendredi de 8h à 20h.

Picto voiture stationnementJusqu’à 19.000€ d’aides cumulées pour l’achat d’un véhicule propre neuf

La ZFE vise à accélérer le renouvellement du parc de véhicule, de manière progressive vers un parc entièrement « propre » à l’horizon 2030. Cela se fait grâce à l’accompagnement des professionnels et des particuliers, notamment pour les plus modestes. L’accès aux aides financières est facilité grâce au guichet unique et le site d’information associé.

En effet, depuis le 1er juillet 2019, il est possible de déposer un dossier unique de demande de subvention concernant les aides de l’Etat et de la Métropole du Grand Paris, et bénéficier d’une aide allant jusqu’à 19 000€ pour l’achat d’un véhicule propre neuf et jusqu’à 12 000€ pour l’achat d’un véhicule propre d’occasion, incluant la surprime ZFE de 1 000€.

La ZFE doit aussi être un accélérateur au développement des transports en commun et des mobilités alternatives avec, entre autres, le plan vélo métropolitain, Vélib’ Métropole, ou encore le déploiement de 5 000 bornes de recharges Métropolis d’ici à 2022.

A lire également

  • 01 juin 2021
    Épisodes de pollution

    Grand Paris Seine Ouest surveille l’état de qualité de l’air donné par Airparif, l’association chargée par l’État et les pouvoirs publics de la mise en œuvre des moyens de surveillance en Ile-de-France. En cas de pic de pollution, GPSO en informe aussitôt les riverains.

    Lire la suite
  • 02 juin 2021
    Plan climat-air-énergie territorial 2020-2025

    Le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) 2020-2025 de Grand Paris Seine Ouest a pour objectif de répondre au défi climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et les consommations énergétiques sur le territoire d’ici l’horizon 2030.

    Lire la suite
  • 07 juin 2021
    vélo, Vélib’, VAE

    Le vélo fait partie des modes de déplacements alternatifs que Grand Paris Seine Ouest souhaite promouvoir sur le territoire. Pour cela, GPSO s’appuie sur un Plan vélo, 63 stations Vélib’ et des subventions à l’achat de vélos à assistance électrique. 

    Lire la suite
efficitur. id Curabitur risus commodo tristique Donec Aenean